Exploration à Casablanca

“Le statut même de l’humain implique la fraternité et l’idée du genre humain”
Levinas

 

J’ai passé quatre jours au Maroc, à Casablanca et à Rabat. Si cela parait peu, c’est pourtant ce qu’on peut appeler un voyage initiatique. J’y ai passé des moments seule et des moments accompagnée. Surtout, j’ai délaissé mes yeux de touriste et emprunté ceux de géographe pour parcourir les lieux.

Je vous livre ici un passage de mon carnet de voyage,

 

« Je traverse les rues, les places, je regarde les personnes – majoritairement des hommes – et je me dis qu’il est difficile d’affronter le monde.

Tout ce qu’on a pu me dire autour de « l’altérité » entre soi-même et l’autre, cette différence qui marque les êtres humains entre eux, je le réévalue. On m’a dit qu’il fallait la prendre en compte, que cela pouvait être une barrière mais aussi une traversée vers la découverte du monde. J’ai longtemps pensé, – innocemment peut être, par immaturité sans doute – que l’altérité était l’affaire des autres. J’ai imaginé que je n’étais pas de celles qui vont au club-med, qui suivent les lignes tracées par les agences, qui se voilent le regard face aux différences et à l’étranger. Pourtant il faut se rendre à l’évidence, ce n’est pas si facile.

Mon voyage à Casablanca marque ma première traversée seule vers l’autre, vers l’inconnu. La première fois qu’aucune forme de barrière – aussi bienveillante soit elle – ne me sépare de l’inexploré. Au fil des rues tortueuses de la médina, sous les regards des hommes qui m’entourent, je me dis que mon esprit de géographe me permet une nouvelle vision. Je peux et je veux comprendre ce qui m’entoure, ou tenter du moins.

Seule avec mon courage – car il en faut pour faire ses premiers pas dans l’exploration solitaire – les rues se succèdent. Défilent alors des buildings et des maisons anciennes délabrées, des lieux couverts de détritus et des entrées d’hôtels avec voituriers. Cette proximité est effrayante, mais elle amène aussi à s’interroger ; pourquoi l’altérité est-elle si violente ? »

 

Aller vers l’altérité – vers l’autre et l’ailleurs – est un effort, mais permet d’accéder à un nouveau regard. C’est se donner aux autres, s’ouvrir pour mieux se comprendre et mieux comprendre le monde. S’en protéger est nécessaire mais s’en priver est le meilleur moyen de ne pas saisir les questions du monde qui nous entoure.

Mon regard de voyageuse solitaire m’a beaucoup appris en très peu de temps. Et aujourd’hui dans les rues de Bordeaux, je me dis que je peux choisir de réemprunter ce regard quand je le souhaite, parce que finalement, l’altérité est aussi en bas de chez nous.

 

Alice Heurlin

D008818-R1-04-2A

D008818-R1-05-3A

D008818-R1-06-4A

Photos prises au jetable - 25 février 2019

2 commentaires sur “Exploration à Casablanca

  1. Merci et bravo Mademoiselle Heurlin ! Un article inspirant qui invite au voyage et à la découverte ! J’espère que vous continuerez à nous faire cadeau de vos expériences à travers votre très belle plume ! À bientôt j’espère !

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai plongé dans le bleu de vos photos en ayant presque l’impression de voir les visages de ces personnes prises de dos tellement votre récit m’a embarqué.. merci !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s